• Salutations jeunes gens (ou pas jeunes, d'ailleurs),

    J'ai eu une soudaine envie de mettre une nouvelle chanson sur ce blog... Toutefois, je n'ai pas eu le temps de finir les enregistrements de mes dernières compositions et je ne pense pas pouvoir trouver ce temps avant mon départ en Allemangne, fin avril. Comme je voulais quand même poster quelque chose avant de partir, j'ai décidé de vous faire part d'une vidéo d'une de mes chansons intitulée Contradictions. La vidéo a été enregistrée à l'aide d'une web-cam et la qualité est donc très (très, très, très) mauvaise... Vous m'en voyez désolée. J'essaierai de mettre un fichier plus audible dès que possible, mais en attendant, il faudra se contenter de cela :

      ... Les paroles :

    Dans ma tête, un tableau, des couleurs sombres,
    Des mélodies tristes à en pleurer,
    Un ciel qui se déchire, un rêve que la rage vient salir.
    Dans ma tête, un paysage en feu,
    Souvenir d'une mélancolie dont la beauté me faisait vivre.
    Mais, trop longtemps, j'ai fréquenté la tristesse, alors prenez-la, je vous la laisse,
    Car, à présent, la haine est ma seule maîtresse.
     
    Je ne voulais pas parler de moi encore une fois...
    Mais il y a tant de questions sans réponse...
    Et tant de contradictions.
    Mais qui que tu sois, aide-moi, je voudrais comprendre.
     
    Dans ma tête, des engagements par milliers,
    Mais une fois revenue dans l'obscurité, la même faiblesse, le même tableau, les mêmes regrets.
    Ne suis-je donc pas capable de garder la même façon de penser plus d'une journée ?
     
    Je ne voulais pas parler de moi encore une fois...
    Mais il y a temps de questions sans réponse...
    Et tant de contradictions.
    Mais qui que tu sois, aide-moi, je voudrais comprendre
     
    Dans ma tête, un tas de jolies phrases... Sur la liberté,
    Toi, apprends à penser avant de critiquer.
    Pose tes rêves à deux balles, vis au présent, sans te cacher...
    Et tant de contradictions.
    Mais qui que tu sois, aide-moi, je voudrais comprendre.
    Mais qui que tu sois...
    Il y a tant de contradictions.
     

    1 commentaire
  • Coucou !

    Bon... c'est vrai que j'ai dit dans mon premier article que je metttrai plusieurs sortes de textes, mais en ce moment, j'écris plutôt des chansons.... Alors je mets des chansons ! Je vous présente donc It's over que j'ai composée en juillet 2012, c'est à dire à la fin de ma dernière année de collège. Voilà, voilà....

     

    Paroles en anglais (même si j'essaie toujours (un peu) d'écrire des textes qui ont un minimum de sens, il arrive que je ne sache plus vraiment quoi dire ou que ce que j'aimerais dire soit tellement confu que je ne parvienne pas à l'exprimer clairement... Dans ces cas-là, j'utilise l'anglais, ça passe toujours mieux) :

     

    It's over now.
    The darkness is here. Ashes are flying around me.
    I put my cigarette, cause it's over now.
    I feel so tired.
    Four years to laugh and cry. Four years, but it's over now.
    No more crying and thinking of your face, it's over.
    And I have already forgotten the persons who I love
     
    I don't want to know what will happen.
     
    It's over now.
    And now, I leave this place.
    I don't regret anything, I said "good bye" and it's over.
    Don't say you're my friend, you don't know me.
    And, yeah, I like you, that is true. But there's nothing else.
     
    I don't want to know what will happen.
     
    It's over cause today no one knows me,
    And now I can play, I'm free...
    It's over, I leave the person who I am
    And I wait for the person who will understand this song.

     


    3 commentaires
  • ... Je devrais actuellement être en train de dessiner des diagrammes à moustache et d'expliquer à mon cahier d'SVT l'existence d'une variété de la dimension du bec chez le pinson appelé Geospiza fortis (véridique !), mais bizarrement je ne suis pas sûre d'en avoir très envie... Alors j'ai décidé de poster une deuxième chanson, c'est quand même plus attrayant, nan ?

    Cette chanson s'intitule Les yeux fermés. Elle est plutôt courte et pas extrêment recherchée musicalement, je sais (c'était d'ailleurs également le cas pour celle que j'ai postée avant), mais dans peu de temps, je vous montrerai que je sais aussi faire des chansons sur plus de 3 accords, ne vous inquiétez pas. (Cette phrase est beaucoup trop longue)

    -->

    So... Now, the lyrics ! (It's one of the only love song I've made, même si en plus c'est pas vraiment une chanson d'amour, puisque ça en parle, mais de très loin et je sais même pas si vous l'auriez compris si je ne l'avais pas dit (enfin si, en fait, vous l'auriez compris, c'est juste que j'avais un peu oublié les paroles, en fait) et je sais pas non plus ce que j'ai aujourd'hui à faire des phrases de 25 lignes, mais comme j'ai la flemme de corriger et ben je laisse comme ça !) 

    Regarde-moi, moi qui clame ma liberté,
    Regarde-moi, je t'attends les yeux fermés,
    Car si je les ouvrais... Non, plus jamais tu ne dois me voir pleurer.
    Regarde-moi, imagine que je suis forte.
    Regarde-moi, moi et toute ma fierté,
    Le dos bien droit, car, plus jamais, tu ne dois me voir pleurer.
     
    Mais souviens-toi, je me suis jetée à tes pieds,
    Tou ça pour quoi ? Car c'est vrai que je le sais :
    Tu ne reviendras pas...
    Mais, regarde-moi, pour une fois mes yeux sont secs,
    Mais je ne vis pas. Non, je suis juste enfermée,
    Dans cet espoir : Moi je veux te voir craquer.
     
    Ecoute-moi, tout ça, c'est pour toi que je le fais.
    Ecoute-moi, un jour je te dépasserai.

    votre commentaire